La droite départementale à bonne école….

31-mars-CG-008

Qu’est-ce qui différencie les élus de la droite départementale des dirigeants nationaux et de l’opposition de droite à l’assemblée nationale ? Rien. Ils ont tous assumé pendant dix ans les mêmes politiques. Ils ont soutenu pendant dix ans les mêmes orientations et sont solidaires d’un même bilan.

Ils ne se distinguent pas non plus en matière de courage politique puisqu’ils développent la même capacité d’amnésie sur la réalité de leurs responsabilités respectives en matière de gestion.

Ils adoptent la même stratégie de camouflage pour expliquer que la situation que connait le pays aujourd’hui pour les uns, et la situation des finances du département pour les autres sont imputables dans tous les cas… à la gauche qui n’est aux affaires au plan national que depuis huit mois et qui n’a été en responsabilité en Conseil général du Val d’Oise que pendant 3 ans alors que la droite valdoisienne avait exercé un pouvoir sans partage sur ce territoire depuis 1968 !

Mieux , la droite qui a gouverné ce pays pendant dix ans et qui laisse un bilan calamiteux au plan national, saccage industriel, explosion des déficits, explosion du chômage, destruction programmée et consciencieuse des services publics a aussi mené des politiques néfastes pour les collectivités territoriales sans que la droite départementale y trouve d’ailleurs à redire, solidaire qu’elle était des politiques nationales même si celles-ci étaient notablement destructrices pour les collectivités territoriales… Leur silence d’alors était assourdissant….

Le mimétisme est flagrant lorsque la droite  départementale, à l’instar de la droite nationale fait semblant de découvrir les réalités financières et économiques qui dans tous les cas sont les conséquences des politiques menées par l’UMP et leurs partenaires alors qu’ils étaient aux affaires.

Ainsi la droite départementale tente désespérément de faire porter la responsabilité de la situation financière du département sur le gouvernement de… Jean-Marc Ayrault !

Chacun sait que ce sont les transferts de charges des compétences décentralisées non compensés financièrement par l’Etat depuis 2004,  qui ont conduit aux difficultés financières du Conseil général du Val d’Oise. Ces transferts de charges non compensées qui concernaient le RSA, l’APA et l’allocation personnalisée d’autonomie était le fait des amis de ceux qui dirigent aujourd’hui le CG. A cette époque leur silence était éloquent. Solidaires et complices, ils ont assumé la dégradation des comptes du Conseil général à cette période.

D’ailleurs, la gauche, de 2008 à 2011 n’a cessé de rappeler cette réalité et avait d’ailleurs engagé un recours contre l’Etat, afin qu’il assume en partie la dette auprès du Conseil général.

Recours immédiatement abandonné par la droite départementale dès qu’elle est redevenue majoritaire au Conseil général en 2011…

Autant dire que la récente conférence de presse  du Président du Conseil général du Val d’Oise sur la prétendue « maltraitance » du gouvernement à l’égard des collectivités territoriales n’aura trompé personne.

Il utilise la même méthode que la droite à l’Assemblée nationale  qui consiste à éluder sa responsabilité, à pratiquer l’amnésie et à charger la gauche des responsabilités qu’ils refusent d’assumer…

A l’Assemblée nationale, comme au plan départemental, alors que s’ouvre dans cette assemblée le débat d’orientation budgétaire, ce sera donc leur bilan contre nos projets…

Cette entrée a été publiée dans Articles & Dossiers. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.