Rythmes éducatifs

 

La réforme des rythmes scolaires se met en œuvre dans des conditions satisfaisantes. Cette réforme des rythmes est bonne pour les enfants, c’est notre préoccupation centrale. Ils ont avec cette réforme plus de jours de classe et des journées plus courtes. La réforme poursuivra sa montée en charge, et l’Etat continuera à aider les communes qui s’y engagent. Une certaine désinformation a cours sur les conditions de mise en œuvre de cette réforme. S’agissant des coûts : les coûts pouvant aller jusqu’à 500 € par élève et par an, évoqués par M. Copé, sont sans fondement. L’association des maires de France n’a jamais entendu parler d’une telle somme lors de ses multiples réunions sur le sujet. Le coût se situe entre 100 et 150 € par an, villes et campagnes confondues, d’après l’AMF. Il faut garder à l’esprit qu’avant la réforme, les communes devaient financer les activités du mercredi matin pour les élèves qui s’y rendaient. Avec la réforme et l’école le mercredi matin, les dépenses sur ce poste disparaissent. S’agissant du soutien aux collectivités : les outils mis en place sont d’ores et déjà performants et donnent de la visibilité aux élus locaux. Un fonds d’amorçage de 250 M€ a été mis en place pour aider les communes cette année. Des moyens seront mobilisés dans la durée pour soutenir cette réforme (CNAF). Quant à la ville de Meaux, elle « avait droit cette année à 150 € » par élève, 3 fois plus que les 50 € dont parle M. Copé, qui « ne compte pas la Caisse d’allocations familiales » (V. Peillon, 27/09/13).

Cette entrée a été publiée dans Brèves. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.