Les meilleurs livres de poche de ces derniers mois…

dondraper604-tt-width-604-height-408

Solitaire par essence, il arrive que l’écrivain s’essaie à la joute ou au dialogue, rassasiant ainsi notre faim d’en savoir plus sur l’être, éclairant l’oeuvre d’une analyse du monde plus littérale. Le rayon poches s’en fait l’écho ce mois-ci.

Ainsi, de quatre rencontres, au cours de l’année 1980, entre William S. Burroughs et Andy Warhol, est né un livre, repris par 10/18. Des Conversations au cours desquelles le pape du pop art et le roi des beats passent en revue les drogues, le sexe, l’amour et le rock’n’roll.

Au service d’une bonne cause, Nick Hornby s’est, lui, fait éditeur, le temps d’un recueil de nouvelles dont les bénéfices sont reversés à la fondation TreeHouse, qui vient en aide aux enfants atteints d’autisme grave. Dédiées à son fils Danny, lui-même autiste, ces Conversations avec l’ange (10/18) compilent douze textes signés Zadie Smith, Irvine Welsh, Dave Eggers, et même Colin Firth (l’acteur). Beau casting, bel engagement.

Tout autre thématique du côté d’Anthony Burgess : outre la question fondamentale qu’il soulève, Mais les blondes préfèrentelles les hommes ? (Cahiers Rouges Grasset) voit l’auteur d’Orange mécanique réfléchir à la musique, à la mode, à la cuisine, ou tirer le portrait de Sofia Loren et d’Yves Saint Laurent. Un recueil d’articles et d’essais passionnant, qu’il faudra attendre le 30 avril pour aller shopper en librairie.

Pour patienter, on rattrape presto la rentrée littéraire de janvier 2013 en découvrant le Yellow Birds de Kevin Powers, premier roman marquant sur les effets secondaires de la guerre en Irak (Livre de Poche). C’est également le moment de (re)découvrir Céline Minard, récemment saluée pour son magnifique dernier roman, Faillir être flingué. So Long, Luise renaît chez Rivages Poche le 23 avril et sa langue, déjà, époustoufle. Sorti en 1997, Un an, de Jean Echenoz, reparaît, plus petit mais toujours aussi grand, dans la collection Double des éditions de Minuit.

De l’autre côté de l’Atlantique, la mythique Ann Beattie a dressé, avec ses Nouvelles du New Yorker (Points), un portrait de l’Amérique à travers une collection d’histories courtes qui nous promènent du Vermont à New York et de Coney Island à Los Angeles. Nostalgie encore : Jean Rhys, que la réédition de Bonjour minuit par Denoël a récemment réhabilitée, s’offre une autre seconde vie dans la collection L’Imaginaire Gallimard : Souriez, s’il vous plaît est une porte d’entrée sur le destin de cette grande romancière cosmopolite installée à Paris dans les années 20. Recueil de textes autobiographiques sur son enfance, ce petit format paraît à point nommé pour contribuer à la renaissance de cette oeuvre incontournable.

Autre incontournable, étrangement très présent récemment, et ce sur tous les fronts : Michel Houellebecq, adapté en chansons par un Téléphone (qui capte mal) et acteur salué devant la caméra de Guillaume Nicloux, publie ses poèmes. Non réconcilié (Poésie/ Gallimard) en rassemble cent trente-deux choisis par Houellebecq himself.

Clémentine Goldszal (les Inrocks)

http://www.lesinrocks.com/

 

 

Cette entrée a été publiée dans Culture & Politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.