Marine Le Pen parle de faute politique, mais elle refuse la condamnation politique

près la déclaration choquante de Jean-Marie Le Pen sur « la fournée » évoquant Patrick Bruel, Marine Le Pen a parlé de « faute politique », mais elle refuse la condamnation politique.

Chassez le naturel, il revient au galop. Le refoulé des dirigeants frontistes sur l’antisémitisme, nécessaire à la banalisation, ressort.

Marine Le Pen ne peut condamner les propos de son père, elle reste solidaire sur le fond. Voilà pourquoi elle décide de parler de « faute politique » faute de condamner sur le fond.

Cette entrée a été publiée dans Le fait du jour. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.